jeudi 27 juillet 2017

Variations Goldberg... et Rondeau

Jean Rondeau en 2017

L'été bat son plein, alors entre baignade et lecture, quoi de mieux que de prendre deux petites heures à réentendre les Variations Goldberg ? Le magazine Diapason de mai dernier consacre son dossier du mois au chef-d'œuvre de Jean Sébastian Bach et s'interroge en début d'article : 
Comment cette création, où Bach relève un nouveau défi, et dont l'ampleur comme la densité devraient laisser une partie considérable des mélomanes sur le bord de la route, peut-elle rallier aujourd'hui un large public fasciné ? La richesse d'évocation de l'Aria, reprise en miroir après la dernière variation, y compte pour beaucoup. Chaque interprète nous fait vivre autrement le retour à la source...
L'article revient sur les pianistes qui ont fait date (Glenn Gould, Wanda Landowska, Andreas Staier... ) et donne ensuite la parole à la pianiste Angela Hewitt pour l'analyse des trente variations. Je vous propose de vous détourner pour un temps des pianistes et de regarder du côté des clavecinistes et plus particulièrement Jean Rondeau, interprète de Pancrace Royer entre autres et de Bach. Lors de sa venue en Suisse l'an passé pour les Variations Goldberg, Julian Sykes s'était laissé séduire et concluait : 
Si certains choix de tempo peuvent surprendre de prime abord, ils s’intègrent de manière organique dans la courbe générale de l’œuvre. Quand Jean Rondeau revient à l’«Aria» principale après les 30 variations, on a l’impression d’une boucle qui se referme sur elle-même. Il y a quelque chose d’émouvant dans cette aria chantée avec beaucoup de simplicité, à nu. Une interprétation déjà très accomplie, à la générosité d’âme, que le jeune claveciniste peaufinera encore sans doute dans les mois et années à venir (Le Temps. 30.01.2016).

Concerto pour clavecin BWV 1052
(dernier enregistrement)

Pour ceux que cela titillent, Jean Rondeau interprétera ces mêmes variations à l'église de Zweisimmen le 2 août prochain. 

Plus accessible, la "carte blanche" de France Musique vous permettra de l'entendre au clavecin avec Bach ainsi qu'au piano dans ses propres compositions avec le quartet de jazz Note Forget.

Disponibilité (Diapason)
Disponibilité (partition Variations)
Disponibilité (analyse des variations par W. Landowska)
Disponibilité (partitions Royer)
Muriel



mardi 18 juillet 2017

Ravel aujourd'hui

Renaud Capuçon accompagné par l'Orchestre national de Lyon a créé mondialement en avril 2016 une nouvelle version de la Sonate pour violon de Maurice Ravel orchestrée par Yann Maresz. L'Orchestre de la Suisse Romande la mettra à son répertoire lors de sa prochaine tournée en 2018. En effet, Ravel toujours inspirant au XXIe siècle a été une figure phare pour l'orchestre et a contribué à sa renommée. Dès cet automne, le concert d'ouverture de la saison de l'OSR sera consacré à cet illustre compositeur français, avec en entrée de jeu une brève pièce peu souvent interprétée: Frontispice, orchestré par Pierre Boulez.

La bibliothèque vous présente les partitions de ces deux oeuvres de Maurice Ravel revisitées.

La Sonate pour violon orchestrée par Yann Maresz est disponible en location uniquement, toutefois on peut lire la partition en ligne sur le site de l'éditeur Durand. On y trouve également une interview de Yann Maresz à propos de son travail d'orchestrateur. La partition de la version originale de cette sonate pour violon et piano est disponible à la bibliothèque, ce fut la dernière oeuvre de musique de chambre que Ravel acheva en 1927 (analyse).




La partition de Frontispice pour deux pianos à cinq mains n'excède pas 15 mesures ! Composée en 1918 par Ravel, elle était placée en frontispice du livre de Ricciotto Canudo : S.P.503: le poème du Vardar, un auteur et dramaturge italien installé à Paris. Longtemps ignorée, l'oeuvre fut interprétée lors d'un concert organisé par Pierre Boulez en 1954, la partition quant à elle n'a pas été publiée avant 1975. Pierre Boulez a orchestré ce court morceau musical en hommage à son ami François Lesure. On retrouve la partition de Frontispice revisitée par Pierre Boulez dans le livre Musiques, signes, images : liber amicorum François Lesure.

Première page de la partition

vendredi 7 juillet 2017

Un nouveau catalogue plus facile à utiliser !

L'ancienne interface du catalogue de la bibliothèque n'est plus... Personne ne la regrettera vraiment, notre public nous avait confié, à juste titre, lors d'une enquête: "Concernant l'OPAC, c'est outil est une catastrophe." On approuve complètement et on vous invite à découvrir - si ce n'est pas déjà fait - le nouveau catalogue, beaucoup plus facile à utiliser.

Désormais une nouvelle interface RERO Explore Genève permet de trouver les références des partitions dans le catalogue de manière très simple et intuitive. Il suffit de faire une recherche "à la google" en tapant quelques mots clés, et ensuite on affine le résultat avec des facettes (par bibliothèque, par type de document, etc.) C'est efficace ! 

Pour les nuls, des tutoriels (courtes vidéos interactives) vous guideront lors de vos premiers essais...



Le grand "plus" de ce catalogue, c'est qu'il vous met également en lien avec des ressources en ligne. On peut ainsi trouver directement des partitions numériques dans le catalogue. Nombre de documents sont accessibles de partout, si le contenu est gratuit ou en open source. D'autres ressources numériques sont accessibles à la bibliothèque uniquement (Subscribers only), car il s'agit d'abonnements, comme par exemple la Classical scores library d'Alexander Street Press. Dans ce cas il faut venir à la bibliothèque pour lire, télécharger ou imprimer la partition numérique.

Un petit bouton "s'identifier" permet aux lecteurs et lectrices de se connecter à leur dossier personnel pour réserver un document ou pour prolonger un prêt.

Bien sûr les bibliothécaires de La Musicale sont toujours disponibles pour vous renseigner et vous aider dans vos recherches. Elles se feront un plaisir de répondre à vos questions.

Disponibilité

Tullia