lundi 27 juin 2016

Anniversaire Ginastera

2016 nous permet de célébrer le centenaire de la naissance d'Alberto Ginastera.
Genève, où il a vécu les dernières années de sa vie, a déjà commencé à lui rendre hommage.

Depuis 1983, année de son décès, l'oeuvre de Ginastera s'est imposée comme incontournable pour la fin du 20e siècle, autant pour les oeuvres "nationalistes" imprégnées de folklore que celles composées en Europe. 

En 1983, ce sont les mots de Jean-Claude Poulin qui lui rendent hommage dans le Journal de Genève du 2 juillet 1983 :
"Mort samedi dernier à Genève, où il résidait depuis plus de dix ans, le compositeur Alberto Ginastera laisse une oeuvre relativement peu abondante (54 numéros d'opus), mais d'une importantce considérable, et dont on mesure mal encore, aujourd'hui, la réelle portée. Comme ses contemporains le Polonais Witold Lutoslawski ou le Français Henri Dutilleux, Alberto Ginastera composait peu, et lentement, des oeuvres parfaitement abouties. Comme eux aussi, respectueux de la forme, méprisant la recherche pour la recherche autant que les concessions conduisant au succès, il laisse une oeuvre marquée à chaque page de sa rigueur et de son intégrité. [...] Dans la jungle foisonnante qu'offre en ce siècle la musique contemporaine, [Ginastera apparaît] comme l'homme d'une unité et d'une originalité profondes qu'il a su, comme peu, conquérir dans le respect absolu des exigences formelles, mais aussi dans un esprit d'ouverture animé toujours de la plus haute curiosité".

Buenos Aires en 1963
 Ginastera, Messiaen, Y. Loriod, Malipiero, J. Arata de Erize

La revue Circuit qui peut être consultée à la bibliothèque est là pour nous donner un autre éclairage. Plein sud : avant-gardes musicales en Amérique latine au XXe siècle est le titre d'un numéro paru en 2007. Il contient un article sur L'avant-garde musicale à Buenos Aires : Paz contre Ginastera

Le compositeur et critique musical, défenseur du dodécaphonisme, Juan Carlos Paz consacre les lignes suivantes dans ce qu'il nomme "El Caso Ginastera" paru en mai 1942 dans la revue antifasciste Argentina libre, "à la suite de la création au Teatro Colón de la Sinfonía Porteña, de cet "espoir" de la musique argentine" qu'il traite de "bluff" et de "fausse valeur mise sur le marché par un groupe d'irresponsables" :
"Absence de style et de procédé ; espèce d'encyclopédie sonore où apparaissent, grossièrement alliées, non plus des réminiscences mais des citations textuelles de la rythmique élémentariste du Strawinsky de Petrouchka [...]".
La symphonie dont l'identité musicale argentine repose sur l'ancien folklore rural disparaîtra du catalogue "ce qui suggère que, de l'aveu même de son auteur, Paz ne s'était pas complètement trompé sur les qualités de cette partition".

L'article complet sur la rivalité entre les deux hommes, opposés par une vision nationaliste ou avant-gardiste de la musique peut se lire en ligne.

Laissons l'Argentine et les querelles pour retrouver les mots de Ginastera et Genève. La bibliothèque se fera un plaisir de commencer son nouveau cycle d'évènements "Les quatre saisons" dans ses murs par une soirée Ginastera cet automne. Nous y reviendrons bientôt !
"La belleza es el surgimiento de un clima espiritual en el cual cada artista se transfigura a través del impulso de la creación. En este clima, el trabajo que brota de las profundidades de su alma, combinando elementos personales y compartidos de humanidad, se purifica y se vuelve translúcido y cristalino. Se vuelve universal".
 "La beauté est l'émergence d'un climat spirituel dans lequel chaque artiste se transfigure à travers l'impulsion de la création. Dans ce climat, le travail qui jaillit des profondeurs de son âme, en combinant des éléments personnels et humains, se purifie et devient translucide et cristallin. Il devient universel."
 
Disponibilité 
Muriel

lundi 20 juin 2016

A l'affiche : Sanseverino dans la maison

Le festival Plein Tube c'est avant, mais aussi après la Fête de la musique... Le chanteur Sanseverino est programmé le 22 juin dans la salle du Théâtre du Grütli !




Si vous êtes adeptes du jazz manouche et que ses reprises ne vous rebutent pas trop (Bourvil, Reggiani, ...), vous pouvez venir faire un saut à la bibliothèque avant le concert avant le concert !

Le festival Plein Tube, ouvert à tous les genres de la scène - lecture, performances, concerts danse - programme quelques uns de nos lecteurs : Fanfareduloup Orchestra, Michel Tirabosco...

Disponibilité

Muriel

lundi 13 juin 2016

10 ans du libre accès : fête en musique

Voilà 10 ans que la bibliothèque a ouvert son espace en libre accès. 10 ans que les lecteurs-musiciens butinent directement dans les rayons pour faire leur choix parmi plus de 18'000 partitions aux genres variés. Afin de marquer cet anniversaire, ce sont ces fidèles musiciens qui animeront la bibliothèque lors de la Fête de la musique, dans des styles aussi divers que l’est la collection !

Le pianiste Nicolas Le Roy dans le libre accès
(photo. Stéphane Pecorini)


15h : Christine Schaller croise Jacques Siron
Christine Schaller, voix, piano, Jacques Siron, contrebasse, voix

L’une et l’autre sont virtuoses en escrime de chambre. Les deux complices croisent le son, le sens et le geste. La géométrie varie : envolées vocales et résonances boisées, coups de glotte ludiques et frottements de cordes ambigus. Le duel se joue hors-piste, en détournant les genres : ici une chanson aigre-douce et vaguement romantique, là un vaudeville bluesy et iconoclaste, là une prestidigitation sonore intimiste et dadaïste. L’art de ces deux mousquetaires pique la fleur de la peau : ça chatouille, ça gratouille et ça dérouille.

16h30 : Trio des Miracles 

Gérald Laury, guitare, chant, Dorian Nguyen Phu, guitare, chant, Manon Détraz, violoncelle

Le Trio des Miracles fait dialoguer des chansons d'aujourd'hui et d'avant-hier, piochant son répertoire dans ceux des grands noms de la chanson française en y mêlant quelques compositions originales, pour rappeler que la révolte, l'amour et l'humour ne se démodent jamais.

18h : Hot Nuts : Swing & Blues
Isabel Borel, violon, Sébastien Guéant, guitare, chant, Jean-Luc Barthod, guitare

Fondés en 2012, les « Hot Nuts » regroupent Isabel venant du classique, Sébastien du blues et Jean-Luc du rock. Joli mélange donc pour s'aventurer dans un style swing & blues hors des sentiers battus à la recherche de nouveaux horizons musicaux.

19h30 : Rapin à trois
Nicolas Le Roy, piano, Véronique Rapin, mezzo-soprano, Jonathan Gleyse, clarinette

La clarinette, instrument doté d’une extraordinaire force d’expression, possède cette étonnante capacité d’imiter les plus subtiles nuances du souffle humain, comme celle de faire jaillir des sons d’une impétuosité éclatante. Sa puissance expressive s’unit donc à merveille avec le timbre particulièrement chaud et enveloppant de la voix de mezzo-soprano.
La jeune artiste lyrique Véronique Rapin, le clarinettiste et le pianiste Nicolas Le Roy interpréteront des œuvres de Brahms, Schumann, Gounod, Mozart et Debussy dans un programme aux couleurs chatoyantes, voyage à travers les multiples facettes de l’âme humaine.


J. Brahms : 2 Gesänge op.91. W. A. Mozart : La Clémence de Titus «  Parto, parto ». C. Debussy : 3 Chansons de Bilitis. R. Schumann : 3 Romances
 

A cette occasion, la bibliothèque profite de présenter dans ses vitrines son espace en libre accès (conception, système de classement, chiffres…), exposer un échantillon de sa collection ainsi que faire découvrir les musiciens qui joueront sur la scène de la bibliothèque lors de la Fête de la musique.

Bienvenue à tous !

Fabienne

lundi 6 juin 2016

Notre coffre à trésors Troc' notes

Une nouveauté depuis peu à La Musicale : notre coffre Troc’ notes ! Vous le trouvez à l’entrée de la bibliothèque. Vous y puiserez peut-être la partition que vous cherchez et qui n’est plus éditée ou introuvable dans le commerce, ou vous y découvrirez de nouvelles pièces de musique inconnues.

Vous pouvez également y déposer les partitions dont vous n’avez plus l’usage et dont vous désirez vous défaire.


La bibliothèque accepte les dons de partitions qu'elle intègre totalement ou partiellement à ses collections en s'appuyant sur sa politique d'acquisition. Les documents qui ne sont pas conservés sont déposés dans le coffre Troc'notes et font des heureux !

Tout cela dans la gratuité et la bonne humeur !
Patricia