jeudi 26 février 2015

Rencontre avec Michel Tirabosco et la flûte de pan

"...Sa flûte de pan deviendra sa fidèle amie, sa confidente, son casse-tête parfois! Michel Tirabosco nous raconte en toute simplicité son parcours de vie..." : une rencontre est prévue le 4 mars prochain, au Salon musical des BM.

A la Bibliothèque musicale nous avons le plaisir d'accueillir souvent Michel Tirabosco qui vient glaner quelques partitions en vue de ses concerts. Comme le répertoire original pour son instrument est quasiment inexistant, il compose et arrange lui-même des morceaux pour la flûte de pan.


Michel Tirabosco à la Bibliothèque musicale, portrait réalisé par Migros Magazine

Après avoir traversé une "enfance exceptionnelle" Michel Tirabosco est devenu un musicien accompli et un fervent ambassadeur de la flûte de pan à travers le monde. Il est bien connu des scènes genevoises donnant régulièrement des concerts au sein de plusieurs formations (Trio Bella Terra, Michel Tirabosco Trio, etc.) avec un répertoire éclectique, et également comme soliste accompagné d'un orchestre symphonique. 

Il vit et enseigne à Genève où son père, Antonio Tirabosco, fabrique des flûtes de pan. Celle de Michel a été adaptée pour permettre d'aborder le répertoire classique: à la flûte de pan roumaine, il a ajouté un "do" premier tube et l'accorde en do majeur, ainsi l'instrument couvre la même tessiture que la flûte traversière.

Avis aux amateurs et aux amoureuses de la flûte de pan, Michel Tirabosco animera cet été un stage de musique dédié à cet instrument, ainsi qu'au chant, à l'accordéeon et à la méthode Feldenkrais (technique corporelle). Une occasion de prolonger et approfondir la rencontre!

Des partitions et des méthodes pour jouer de la flûte de pan sont disponibles, bien sûr, à la Bibliothèque musicale, afin de préparer un stage, élargir son répertoire ou pour découvrir de nouvelles pièces.

Disponibilité 
Tullia

















jeudi 19 février 2015

Rain and tears

Le récent décès du chanteur grec Demis Roussos fait ressurgir une mélodie qui fut un tube des Aphrodite's child: Rain and tears. Derrière ce groupe et sous cette mélodie anodine se cachent quelques anecdotes bien sympathiques*.

Un groupe au top

L'histoire des Aphrodite's child est rocambolesque. Le leader du groupe grec Forminx, no 1 en Grèce, avait des vues sur l'Angleterre pour y enregistrer un disque. Poussé également par la crise politique grecque (déjà à cette époque !), il part avec deux autres amis conquérir Londres. Mais le gouvernement britannique leur refuse leur visa. Ils restent bloqués à Paris en plein Mai 68.

C'est là qu'ils créent leur premier tube, en commercialisant leur propre version du Canon de Pachelbel, déjà utilisé par un groupe espagnol mais non distribué en France en raison de grève générale.

Les trois compères ne sachant pas parler français, Boris Bergman leur écrit un texte en anglais. Enfermé dans le bureau de son éditeur, donnant sur une église où l'on célèbre un enterrement, Bergman écrit en une demi-heure le texte de Rain (il pleut) and tears (les larmes de l'enterrement). Après ce premier succès, ce parolier continuera à écrire pour Juliette Gréco, Nana Mouskouri, Eddy Mitchell, Bashung.

Les usines de pressage étant également en grève, c'est sur une vieille machine dégotée dans l'arrière-boutique d'un boucher que sera pressé le disque des Aphrodite's child - rebaptisés ainsi par Bergman - , le seul qui sortira en Mais 68. Ce sera le tube de l'été, des millions de disques vendus, au rythme de 300 galettes au maximum pressées par jour. Succès dans toute l'Europe... sauf en Angleterre !

Demis Roussos, le chanteur du groupe, fera une carrière solo trois ans plus tard.

Quant à un des autres membres du groupe, Vangelis Papathanassiou - plus connu par son seul prénom -, il s'imposera comme compositeur de musique de film, tel Les Chariots de feu

Canon, source d'inspiration

Le Canon en ré majeur pour 3 violons et basse continue de Johann Pachelbel, composé vers 1680, a donc inspiré les Aphrodite's child pour leur tube Rain and tears.

Pour comparer les versions grecque ou allemande :




Divers interprètes ont également repris à leur compte ce fameux canon et sa basse obstinée :

  • Spicks & Specks / Bee Gees ; 
  • Don't sleep in the subway / Petula Clark ; 
  • Tout, tout pour ma chérie / Michel Polnareff ; 
  • La maladie d’amour / Michel Sardou ; 
  • Go west / Village People ; Pet Shop Boys ; 
  • Je me souviens / Ménélik ; 
  • See you when you get there / Coolio ; 
  • La belle et le bad boy / MC Solaar ; 
  • Can't stop loving you / Phil Collins


Si vous êtes intéressés par d'autres reprises de classiques à la sauce pop, la Bibliothèque musicale avait monté en 2008 une exposition sur cette thématique dont vous retrouvez la liste ici. 

Disponibilité

Fabienne

* source :  Secrets de chansons / François Jouffa et Daniel Lesueur. Hors collection, 2000

lundi 16 février 2015

Think Bach

Le dernier numéro de la revue Pianiste affiche le portrait de Johann Sebastian Bach : pourtant ce n'est pas directement de lui que parle ce billet. Plutôt de Bach... et du pianiste et compositeur Edouard Ferlet. En effet, ce dernier, comme précédemment avant lui d'autres pianistes (Jacques Louvier, Keith Jarrett, ...) a utilisé des thèmes, des éléments de l'écriture du maître baroque pour créer ses propres pièces pour son album THINK BACH. Ecoutez plutôt :  


Au journaliste, Edouard Ferlet révèle son intérêt pour le compositeur Conlon Nancarrow et le répertoire des pianos mécaniques du début du 20e siècle. A la question : "Enseignez-vous ?", il répond :


Dans la foulée de l'album "Think Bach", j'ai mis au point une petite méthode. Je la destine aux musiciens classiques qui souhaitent improviser. Je fais appel à un volontaire qui me joue l'un de ses morceaux par coeur, avant de jouer les quatre premières mesures en boucle. Ensuite, je lui demande de faire des fausses notes, puis à les jouer mécaniquement, sans s'écouter. Ensuite, je demande à la personne de s'écouter à nouveau. L'improvisation arrive alors naturellement. Le résultat est spectaculaire parce que les automatismes ont été "déconnectés".

Le journaliste a eu raison de donner pour titre à son article : Rencontre du troisième type musical... à se prendre (ou non) la tête dans les mains ! 

 
Disponibilité (revue Pianiste)
Disponibilité (méthodes d'improvisation piano jazz)

Muriel

lundi 9 février 2015

Les pages lumineuses de Houellebecq

L'image de Michel Houellebecq, prix Goncourt 2010, est à présent tristement liée à la page de couverture du Charlie Hebdo sorti le 7 janvier : "Prédiction du mage Houellebecq : en 2015 je perds mes dents"...




Auparavant, l'an passé, il a signé les textes du dernier album de Jean-Louis Aubert. A cette occasion, les deux compères font la couverture du Rock & Folk. Dans l'article, on apprend qu'en 2013, le chanteur achète un livre de poésie signé Houellebecq : "Configuration du dernier rivage". A la lecture des pages lumineuses du recueil - Isolement, Novembre, titres que l'on retrouve sur le CD -, Aubert commence à composer sur une "Métrique parfaite, alexandrins, quatrains, déroulement. C'est ça qui m'a attiré. Sa métrique. Plus que le sens. Métrique chantable. Je pensais qu'il les scandait...". 

Et Houellebecq de surenchérir : "Ce qui est totalement étonnant, c'est qu'il n'a pas modifié le texte du tout".

Je suis venu dans le café au bord du fleuve,
Un peu vieilli un peu blasé
J'ai mal dormi dans un hôtel aux chambres neuves
Je n'ai pas pu me reposer.

Il y a des couples et des enfants qui marchent ensemble
Dans la paix de l'après-midi
Il y a même des jeunes filles qui te ressemblent
Dans les premiers pas de leur vie.
[Novembre, extraits]


Pour vérifier ces dires, la partition vient d'arriver sur nos rayons et les différentes sources sont disponibles dans le réseau genevois !


Disponibilité (Aubert / Houellebecq)
Disponibilité (Rock & Folk)
Disponibilité (Houellebecq)
Muriel