lundi 30 septembre 2013

Musique poubelle

Un groupe de musique avec un nom de poubelle : il faut le faire ! En plus qui chante en suisse allemand : unglaublich ! Mais ne faisons pas d'amalgame entre les deux, nous ne nous le permettrions pas !

Patent Ochsner est donc un groupe de musique suisse alémanique, fondé en 1990. Il tire son nom de l'inscription présente sur le modèle de poubelle le plus répandu en Suisse, fabriqué par l'entreprise J. Ochsner AG. On peut le traduire par "Modèle breveté Ochsner".

Le premier album Schlachtplatte paraît en 1991 et obtient une rapide renommée outre Sarine. D'autres suivront : Fischer, Gmües, Stella Nera, Honigmelonemond, Trybguet, Liebi, Tod u Tüüfu, The Rimini Flashdown et Johnny. Tout un programme.

La plupart des chansons du groupe sont en dialecte bernois (bärndütsch), avec des titres sympathiques comme
Gummiboum, I ha letscht Nacht e troum gha

ou encore...

Bluetbadbullschittläärloufmagerquark ... (intraduisible...)

Bluetbadbullschittläärloufmagerquark

Les paroles, pour vous aider à suivre :

du gwinnsch am samschtig am aabe ir e quizshow e frou | en insle & ne yacht
& ne bitz vom ne meer | es outo & es schloss & es rennross | & ne mixer vo
moulinex | & ds publikum im schtudio tobet & tuet | & dr laggaff i dr schale,
wo dür d sändig füehrt | isch schtändig grüehrt | & macht e fige wie dr liebgott
| du machsch ds muul uuf, d ouge zue | leisch beid häng a dys gsicht
| du chasch nid gloube was de gsehsch & fragsch: | «das isch aues mys? |
wahnsinn so ne prys | wohär söu I mit au däm schiis?» | «mir gäbe dir drü für
zwöi.» | & I weiss, I bruuche nume eis | es bunkerdicks fäu | I bsorge mir no
schnäu | es bunkerdicks fäu | wo mi unverletzbar macht & wo mi schützt |
vor däm bluetbadbullschittläärloufmagerquark | ineschtäche, umeschlaa,
dürezieh & abelaa | es chunnt e bär | wo chunnt är här | wo wott är hi? |
weiss I doch nid | niemer isch am luege | aber aui si am glotze | «mir gäbe dir
drü für zwöi.» | & I weiss, I bruuche nume eis es bunkerdicks fäu | I bsorge mir
no schnäu | es bunkerdicks fäu | wo mi unverletzbar macht & wo mi schützt
| vor däm bluetbadbullschittläärloufmagerquark

Patent Ochsner sur les rayons
Les éditions bernoises Stellanera ont publié en 2012 un recueil de 31 chansons tirées de plusieurs albums de Patent Ochsner. La partition est un bel objet, au format carré, conçu par l'artiste biennois Martin Albisetti et Büne Huber, leader du groupe. A découvrir et à chanter !



Fabienne

lundi 23 septembre 2013

Bach et moi


cop. Svend Andersen

En décembre 2012, Alexandre Astier a reçu le prix du Jeune Théâtre de la part de l'Académie française pour son spectacle Que ma joie demeure créé au Théâtre du Rond-Point en avril de la même année. Jean-Loup Dabadie a tenu les propos suivants lors de la remise du prix :

Alexandre Astier est né et a grandi dans une famille de comédiens. Le théâtre a toujours été son milieu, son affaire, son rêve. Sa pièce Que ma joie demeure! est une irrésistible variation sur un moment de la vie de Jean-Sébastien Bach qui donne au public un cours magistral (ce que certains se croient obligés d’appeler une « master class ») sur la musique, la composition, les harmonies, les cadences, les instruments, les modes… Et dans tout cela les pleins et les déliés difficiles et drolatiques de la vie quotidienne.
Le style brillant, fugué, d’Alexandre Astier, l’art comme improvisé qu’il a de jouer du clavecin entre ses répliques, son évidente culture, en font un artiste exceptionnel, un auteur de grand avenir.
Le titre de sa pièce évoque celui de la Cantate BWV 147 sans que pour autant celle-ci soit au centre de la création du comédien lyonnais. Durant le spectacle, il est question de l'homme autant que du compositeur, Alexandre Astier allant puiser chez Gilles Cantagrel et son Passion Bach, l'album d'une vie les anecdotes de la vie de tous les jours. Pour ce qui est de la musique, nous sommes en 1733, à Leipzig, époque où Bach a composé ses grandes oeuvres sacrées, précédant les oeuvres de contrepoint (l'Offrande musicale, l'Art de la fugue). Le Kantor, lors de portes ouvertes, assis au clavecin, commence sa leçon de musique... Brillant moment de théâtre déployant toutes les facettes de l'auteur !

 

 
Genève est l'une des heureuses élues dans la tournée de Que ma joie demeure, juste après la Cité de la musique. Alexandre Astier sera sur les planches du Théâtre du Léman vendredi 27 et samedi 28 septembre prochain. Et, pour ceux qui ne peuvent y aller, vous pouvez voir la pièce ici. Avant ou après, pour parfaire vos notions de contrepoint, le Gradus ad parnassum de Johann Joseph Fux est disponible à la bibliothèque, dans une édition tout récemment traduite en français !

Disponibilité
Muriel

lundi 16 septembre 2013

Qu'est-ce qu'un hommage ?

La réponse lors du prochain concert au Musée d'Art et d'Histoire de Genève. Le concert en hommage au compositeur suisse Éric Gaudibert est suivi d'une visite dans les collections du musée sur le thème : 

Hommage : entre citation, réécriture et représentation
Une visite entre objets antiques et oeuvres d’art moderne pour décliner la problématique de l’hommage au sens large: de la représentation des commanditaires à la référence à une oeuvre d’art fameuse, en passant par l’autocitation.

Les oeuvres de musique de chambre d
'Éric Gaudibert au programme sont disponibles en partition à la bibliothèque musicale, pour une lecture avant le concert, parmi l'intégralité des pièces publiées du compositeur. 

Chacune fait référence (ou hommage) à un auteur ou à une oeuvre.

  • Message pour violoncelle et alto (2000)
La partie d'alto, indépendante de celle du violoncelle, est un chant populaire portugais oh! quem gaba serpa p'r'o canto qui est ici orné. Le caractère populaire influence fortement la partie de violoncelle solo.
 

  • «Pour Orphée» pour cor (2004)
Composé d'après sa propre oeuvre Un jardin pour Orphée pour cor et ensemble instrumental à cordes, le titre fait référence à un dessin de Paul Klee, intitulé Ein Garten für Orphée

  • Quatuor à cordes II (2006)




Ce quatuor est placé sous le signe de l'écrivain-voyageur Kenneth White :

Que c'est beau, que c'est beau
il n'y a rien de plus beau

la lumière bleue qui point sur la montagne
la lune qui descend dans la pluie

rien, il n'y a rien de plus beau.

(Wakan, extr. de Terre de diamant, Grasset, 1983)
 


Disponibilité
Tullia

lundi 9 septembre 2013

Beau Dommage ... le grand froid québécois!!!


Beau Dommage est un groupe de musiciens et chanteurs québécois formé en 1973, dont les origines remontent à la coopérative théâtrale La Quenouille Bleue, une organisation à caractère loufoque dont les thèmes principaux étaient liés à l'humour, à la musique et à l'abstrait, toutes ces qualités que l’on retrouve dans leur répertoire.
Leur premier album Beau Dommage sort en 1974 et connaît un immense succès avec leur fameuse "Complainte du phoque en Alaska".


Après une série d'albums dans les années 70, Où est passée la noce?, Un autre jour arrive en ville, et Passagers, le groupe connaît quelques dissolutions et réapparitions jusqu'en 2005 où nous les retrouvons aux FrancoFolies de Montréal.


Pour tous les nostalgiques de "Ginette", "Le picbois", "Harmonie du soir à Châteauguay" ou autre rengaine québécoise des années 70, la bibliothèque musicale vous propose un joli choix de partitions de ce groupe.

Disponibilité
                                                                    Patricia