lundi 30 janvier 2012

Living room music

Une lectrice est venue cet après-midi à la bibliothèque me demander une partition de John Cage pour ses élèves, on a eu un peu de peine à l'identifier, mais finalement on a réussi à la trouver. Il s'agit de la Living room music de John Cage et je lui laisse la parole :

"On m'avait présenté un jour à Oscar Von Fischinger, auteur de films abstraits articulés très précisément sur des morceaux de musique traditionnels... Il aurait aimé cependant qu'on lui écrivît de la musique nouvelle pour ses films... Il se mit à me parler de l'esprit qui se trouve inclus dans chacun des objets de ce monde. Or, cet esprit, me disait-il, il suffit, pour le libérer, d'effleurer l'objet, d'en tirer un son.
Voilà l'idée qui m'a conduit à la percussion. Je n'ai cessé, au cours de toutes les années qui ont suivi... de palper les choses, de les faire sonner et résonner, pour découvrir quels sons elles contenaient. Partout où j'allais, dans quelque endroit que ce fût, j'auscultais les objets. Dans cette perspective, je réunis un groupe d'amis, et nous nous mîmes à jouer des pièces que j'avais écrites sans indication instrumentale, simplement pour explorer toutes les possibilités instrumentales non encore répertoriées, l'infini des sources sonores possibles d'un terrain vague ou d'un dépôt d'ordures, d'une cuisine ou d'un living-room ... Nous avons essayé tous les meubles imaginables ! " (Cage : Pour les oiseaux)




Once upon a time
The world was round
And you could go on it
Around and around
 (texte de Gertrude Stein)

Après avoir écouté (et visionné!) ce morceau, je ne peux que confirmer le bon choix de cette lectrice : elle n'aura plus qu'à installer le salon dans la salle de classe.


Exposition Cage by Cage à la Bibliothèque musicale

Disponibilité de Living room music
Tullia

lundi 23 janvier 2012

Cervelas et Dugazon

Que peuvent bien vous inspirer ces deux termes ? Un pique-nique typiquement helvétique sur une pelouse impeccable ? Ou alors deux noms de personnages tirés d'une bande dessinée ? 

En fait cela pourrait être un duo musical pour cervelas et dugazon, ou, en plus clair, pour un instrument à vent cylindrique en bois et pour une mezzo-soprano léger.

 Cervelas         &         Dugazon   

Et comment en suis-je arrivée à imaginer ce duo si improbable ? En consultant un ouvrage des plus sérieux intitulé "Recueil thématique d'oeuvres pour la classe" d'Alain Le Tribroche aux éditions Van de Velde.


Sous ce titre rébarbatif se cache un ouvrage facilement abordable pour le grand public. Pas seulement destiné à usage scolaire, il fait aussi le bonheur d'un débutant en musique, d'un néophyte désirant acquérir quelques bases en associant un peu de théorie (références historiques, bio de grands compositeurs, formes musicales...) à des pistes d'écoute. Un moyen de compléter sa discothèque - ou sa partothèque - de base, avec les incontournables du genre.

C'est ainsi qu'on apprendra ce qu'est un cervelas non consommable et une dugazon vocalisante.

Disponibilité

Fabienne


lundi 16 janvier 2012

4'33'' de John Cage

Voilà une pièce silencieuse qui fit grand bruit, lors de sa création ! C'est peut-être la pièce la plus connue du compositeur américain John Cage, dont on fête le centenaire cette année.

La partition de 4'33'' indique simplement :

I tacet
II tacet
III tacet

("tacet" est une indication musicale qui dit aux voix et instruments de se taire). Le titre est le minutage de la durée de la pièce et le sous-titre précise : pour tout instrument ou combinaison d'instruments.

 
Ecoutez attentivement la bande son de cette interprétation contemporaine de 4'33'' (au besoin, mettez le son à fond et fermez les yeux) : vous expérimenterez, comme l'a fait John Cage, que le silence n'existe pas.

Cette pièce était très importante pour John Cage et il ne se passait pas un jour sans qu'il en fasse usage dans sa vie ou son travail.

"J'ai passé bien des heures agréables dans les bois à diriger l'exécution de mon morceau silencieux en transcriptions pour un public composé de moi seul, du fait qu'elles étaient beaucoup plus longues que la longueur populaire que j'ai fait publier. A l’une de ces occasions, j'ai passé le premier mouvement à tenter d'identifier un champignon qui a réussi à demeurer non identifié. Le deuxième mouvement a été extrêmement dramatique et commençait par les bruits que faisait un cerf et une biche bondissant à dix pas de mon estrade rocheuse. L'expressivité de ce mouvement était non seulement dramatique mais particulièrement triste, de mon point de vue, car les bêtes ont pris peur simplement parce que j'étais un être humain. Cependant, elles sont parties avec hésitation et à-propos dans le cadre de l'oeuvre. Le troisième mouvement était un retour au thème du premier, mais avec toutes ces transformations profondes et bien connues du sentiment de l'univers associé par tradition allemande avec l'ABA." (John Cage. Silence: discours et écrits)


Exposition Cage by Cage à la Bibliothèque musicale

Disponibilité de 4'33''
Tullia

lundi 9 janvier 2012

Rêvons un peu avec Roméo et Juliette

Qui ne connaît pas encore cette tragédie de William Shakespeare, écrite vers le début de sa carrière (1795) et qui raconte l'histoire de deux jeunes amants dont la mort réconcilie leurs familles ennemies ? L’intrigue en quelques mots : la rivalité qui oppose les Capulet et les Montaigu ensanglante toute la ville de Vérone, au grand dam du prince Escalus. Roméo, héritier des Montaigu et follement amoureux de Rosaline, s'adonne à la mélancolie la plus noire car elle le repousse. Pour le consoler, ses amis Benvolio et Mercutio le persuadent de s'inviter incognito à la fête que Capulet donne en l'honneur de sa fille, Juliette ; Roméo accepte puisque Rosaline y sera. Pour Juliette, persuadée par sa mère et sa nourrice, le bal sera l'occasion de rencontrer un possible futur époux, même si Capulet n'est pas pressé de marier sa fille. Dès leur première rencontre au bal, Juliette remplace aussitôt Rosaline dans le cœur de Roméo, sentiment partagé par Juliette. Les deux jeunes gens sont accablés lorsqu’ils découvrent qu'ils appartiennent aux deux familles rivales…. c’est le début d’un long périple semé d’embûches pour ces deux amants s'aimant d’amour fou et dont le destin connaîtra une fin dramatique.


L’opéra en cinq actes de Charles Gounod, dont le livret est de Jules Barbier et Michel Carré d'après le drame-homonyme de Shakespeare, sera prochainement joué à l’Alhambra, à Genève,  par  les artistes de l’association et du chœur OPERAMI, dirigés par Nicolas Leroy et dont la mise en scène est de Madeline Alexander. Et ce qu’il faut savoir, c’est que cette troupe exceptionnelle a le mérite d’avoir tout créé et confectionné de A à Z, des décors aux costumes, en plus de leur prestation musicale.


Alors ne manquez pas d’aller rêver un peu le temps d'une soirée et de vous laisser emporter par le jeu et la fougue de ces jeunes artistes plein d’avenir ! 
Les représentations de Roméo et Juliette auront lieu les 7, 9, 11 et 13 janvier 2012 à 20h et le 15 janvier à 17h au Théâtre de l'Alhambra.


Disponibilité
Patricia

dimanche 1 janvier 2012

Prosit Neujahr !

Il est des traditions qui reviennent chaque année, le même jour, à la même heure, comme par exemple le concert du Nouvel An donné par l'orchestre  philharmonique de Vienne. N'avez-vous jamais commencé votre année devant votre poste de télévision à regarder ce fameux concert transmis en Eurovision, ou alors derrière votre poste de radio mais là vous manquez les ballets dansés dans les beaux palais viennois ?

Il y a même des traditions dans les traditions. Par exemple, un des bis de ce premier concert annuel de la salle dorée du Musikverein : le beau Danube bleu, toujours interrompu après quelques mesures d'introduction par les applaudissements du public, le chef d'orchestre qui se tourne vers lui et souhaite au monde entier, en entonnant avec ses musiciens, un "Prosit Neujahr".

Pas si beau, pas si bleu

Pourtant An der schönen blauen Donau, composé par Johann Strauss fils à 42 ans à la demande du directeur de l’association chorale de Vienne, n'a pas connu un tel succès dès sa création. L'œuvre fut mal perçue dans un premier temps car les paroles (écrites par un agent de police et faisant l’apologie des nouveaux éclairages installés aux carrefours de Vienne) furent jugées ridicules, au point que la chorale refusa de les chanter.

 Manuscrit autographe de la version chorale

Lorsque Johann Strauss fut invité à l’ambassade d’Autriche lors de l’exposition universelle de Paris en 1867, on lui demanda d’ajouter une valse à son programme. Il fit acheminer de Vienne la partition du beau Danube bleu dans sa version avec chœur, la réarrangea pour orchestre seul et obtint un triomphe. Les éditeurs viennois ne parvinrent à répondre à la demande qu’avec difficulté dans les semaines qui suivirent, tant le succès de l’œuvre était retentissant.

Mais encore

La valse la plus connue de Strauss a souvent été utilisée dans des films, mais a aussi inspiré une opérette racontant de manière romancée l'histoire de cette oeuvre : Walzer aus Wien, créée en 1930 à Vienne sur les musiques de Strauss père et fils arrangées par Erich Korngold. Hitchock lui-même en fit un film musical en 1934 sous le titre Le chant du Danube

 Version non officielle...



Prosit Neujahr à tous !



Disponibilité

Fabienne