lundi 19 décembre 2011

Noël rétro

Fouinant dans les magasins de la bibliothèque à la recherche d'une idée pour les fêtes, je suis tombée sur ce bel album illustré de Chants de Noël pour tous les âges édité à Lausanne en 1907.




Joliment décoré dans le style art nouveau par Florentin Garraux, un artiste jurassien, le recueil comprend 12 chants composés par Emile Lauber, sur des paroles de Mme Chalière. Les thèmes évoqués par les chants sont tout à fait traditionnels, de l'ange qui descend du ciel au carillon de Noël, de la crèche aux rois mages, sans oublier les petits enfants pauvres et le beau sapin.

La musique d'Emile Lauber, quant à elle, semble très abordable : des mélodies simples accompagnées au piano, à chanter en famille le jour de Noël.  

Chanter, à la maison, entre amis, pour ses proches : une bonne habitude à transmettre et à perpétuer ;  le temps de Noël s'y prête en particulier...

A Neuchâtel où il enseigne la musique, Emile Lauber (1866-1935) se tourne vers le folklore et recueille de nombreux airs populaires auprès des populations des vallées reculées.  Son plus grand succès est la pièce historique La Gloire qui chante dont il compose la musique en 1918, lorsque, appelé sous les drapeaux, il dirige les fanfares militaires. Par la suite, il participe à la création de la Société Suisse des droits d'auteurs.

Tullia

jeudi 15 décembre 2011

Babar, le petit éléphant

Le petit éléphant est devenu grand... même vieux vu qu'il souffle en cette fin d'année ses 80 bougies ! C'est effectivement fin 1931 que Jean de Brunhoff, artiste peintre, a créé le fameux album pour enfant, d'après une histoire que sa femme Cécile avait imaginée pour leurs propres enfants Laurent et Mathieu. C'est un succès : cette première histoire sera suivie de plusieurs autres aventures de Babar. Laurent de Brunhoff reprendra même le flambeau après la disparation de son père en 1937. Plusieurs millions d'exemplaires sont vendus de par le monde.


Babar en musique

En 1945, Francis Poulenc met en musique cette histoire. Point commun avec l'abum de Brunhoff, ce sont aussi des enfants qui sont à l'origine de cette création, qui ont déclenché le processus. Poulenc séjournait chez des cousins. Pour s'amuser, les enfants ont posé sur le pupitre du piano l'album de Babar et ont demandé à Poulenc de leur jouer l'histoire. Il s'exécute, en improvisant selon le livre qu'il a sous les yeux. Quelques temps plus tard, il se souviendra de cet événement et publiera une version pour piano et récitant. En 1962, Jean Françaix orchestrera le tout.



Les éléphants en musique

Hormis Poulenc et Françaix, d'autres compositeurs ou interprètes se sont laissés inspirer par ces gentils pachydermes :

  • "Baby elephant walk" d'Henry Mancini pour la musique du film "Hatari"
  • Les White Stripes et leur album "Elephant"
  • Gretchaninoff a composé pour le piano une "Danse de l'éléphant"
  • Vladimir Cosma a écrit "Ballade de l'éléphant" pour le film "Un éléphant ça trompe énormément"
  • Julien Clerc a chanté "Piano éléphant", Eddy Mitchell "Le cimetière des éléphants", Yves Duteil "Royaume des éléphants", Dick Annegarn "Bébé éléphant"
  • Strawinsky a composé son Circus polka "pour un jeune éléphant"
  • Et sans doute le plus connu : Saint-Saëns et son "Carnaval des animaux" où la contrebasse imite le pachyderme.
Et concluons avec les mots de Saint-Saëns : 

"Les éléphants sont des enfants qui font tout ce qu'on leur défend..." !


Fabienne

lundi 12 décembre 2011

Chostakovitch et le cinéma

A propos de la musique de film, Chostakovitch déclare vers 1929 :
« Il est temps que ceux qui s’intéressent à la musique s’intéressent à celle de cinéma, qu’ils mettent fin au gâchis et à l’esprit anti-artistique qui règnent en ce domaine, et qu’ils nettoient une bonne fois les écuries d’Augias… La musique dans un film constitue un agent puissant et ne peut être réduite à une simple illustration. »

Chostakovitch et ses musiques de film

Il a écrit une trentaine de musiques de film et de dessin animé entre 1928 et 1970, passant du muet au parlé :
  • La nouvelle Babylone, film muet de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg, 1928-1929
  • Un souriceau stupide, dessin animé de Mikhail Tsekhanovski, 1939
  • La chute de Berlin, de Mikheil Tchiaourelli, 1949
  • Hamlet, de Grigori Kozintsev, 1964
  • Le roi Lear, de Grigori Kozintsev, 1971


Mais Chostakovitch, ce n'est pas que des musiques de film :

  • Chostakovitch fut pianiste accompagnateur lors de projections de films muets dans plusieurs cinémas entre 1923 et 1925.

  • Il a écrit le scénario du film Katerina Izmailova, de Mikhail Shapiro, d’après son opéra Lady Macbeth du district de Mtsensk.

  • Le film britannique Testimony réalisé par Tony Palmer en 1987, retrace la vie de Chostakovitch. Ben Kingsley tient le rôle du compositeur




Pour découvrir d'autres compositeurs de musique de film - tels Prokofiev, Takemitsu, Previn, Nyman, etc. - profitez des derniers jours de l'exposition "Quand la musique et l'image font leur cinéma" à la Bilbiothèque musicale.


Fabienne

lundi 5 décembre 2011

Le musiciens suisses ont du talent

Musiciens d'ici, vous avez jusqu'au 15 janvier 2012 pour envoyer vos démos de morceaux et vous inscrire au concours de la Demotape Clinic 2012

S'adressant aux musiciens et groupes suisses dans les catégories pop, rock, electronic ou urban, le concours est un véritable tremplin pour les artistes, leur permettant de se produire et se faire connaître de l'industrie du disque.
Les meilleurs morceaux seront présentés au festival m4music, en mars prochain, lors d'une session live à Zürich où ils seront évalués par un jury de professionnels. Des prix en espèces sont à gagner, ainsi qu'un coaching et une participation à la compilation des 16 meilleurs. 
 
Organisé par le Pour Cent Culturel Migros et la SUISA le concours sélectionne les morceaux les plus intéressants, beaux ou surprenants des genres suivants:  

Pop, singer/songwriter, neo-folk, lounge... Rock, indie, punk, metal, crossover... Electronic, techno, house, electro, drum'n'bass... Urban, hip hop, R'n'B, soul, funk, reggae...

Avant de vous inscrire, il faut ouvrir un compte sur mx3, la plateforme libre pour partager sa musique en ligne, et y placer vos morceaux, ainsi qu'une photo de profil et une biographie.

Bonne Chance !

A la Bibliothèque un poste d'écoute permet d'explorer toutes les musiques de mx3 ... et plus!


l'un des lauréats 2011
Tullia


 

jeudi 1 décembre 2011

Une leçon d'harmonica avec J.J. Milteau

Un grand nom de l'harmonica se produit en concert à Onex (Genève) jeudi 8 décembre prochain: Jean-Jacques Milteau.

Son premier harmonica lui a coûté la fortune de 8,50F ! Il n’est pas question de leçons ou de cours, l’harmonica comme la guimbarde se pratique toujours en autodidacte. Ses années d’apprentissage, Jean-Jacques Milteau va les conclure à l’automne 1970 par un voyage aux USA. Cette immersion au pays du blues va lui permettre de s’abreuver aux sources de cette musique qui l’obsède...  Notre modeste ingénu un jour de 1977 croise Eddy Mitchell tout chaud débarqué de Nashville (où Charlie McCoy est devenu alors une incontournable vedette). Monsieur Eddy va trouver en Milteau son McCoy et l’aventure durera jusqu’en 1987... Il est désormais musicien « professionnel ». Et les propositions ne manquent pas, concerts, musiques de pub ou de film, séances d’enregistrements. En France, c’est bien simple, pour tout le monde il est le seul! Récemment un commentateur nous faisait remarquer qu’il serait plus aisé de lister les artistes que Milteau n’a pas accompagnés que de tenter de faire l’inventaire de tous les autres. (extrait de son site officiel)

Harmoniciste hors pair, J.J. Milteau a le coeur également de transmettre sa passion pour son instrument, il a publié une méthode et des partitions pour harmonica que vous trouverez sur les rayons de la bibliothèque. Mais tout de suite, prenez votre première leçon en ligne.

Une leçon d'harmonica



Tullia