lundi 28 novembre 2011

Le dompteur d'orgues

Grand-orgue, cop. C Renaud

Les orgues du Victoria hall et l'organiste titulaire sont à l'honneur ces temps-ci.

En effet, Diego Innocenzi donnera un concert dimanche prochain à 17h. Mieux que quiconque, il connaît l'instrument, puisqu'il a terminé tout récemment la rédaction de la page que le site internet de la Ville de Genève consacre à la salle du Victoria Hall et à son instrument.

Après l'incendie de septembre 1984, beaucoup d'entre nous se souviennent de la vie musicale genevoise privée de sa salle de concert prestigieuse. Les orgues inaugurées précédemment en 1949 furent totalement détruites. Il faudra attendre plus de huit ans pour qu'un nouvel instrument vienne mettre fin aux travaux de rénovation. Pour illustrer l'histoire des instruments successifs, Monsieur Innocenzi a pu trouver l'iconographie nécessaire en consultant les collections patrimoniales de la bibliothèque musicale et de la Bibliothèque de Genève.

Après la plume, l'organiste retrouve son instrument pour nous faire découvrir "un compositeur (presque) totalement oublié : Edouard Batiste (1820-1876) qui s'est illustré en son temps non seulement par des compositions originales d'une parfaite musicalité, mais aussi des transcriptions d'oeuvres de compositeurs qu'il admirait" (tiré du programme du 4.12.2011).

L'organiste titulaire vient d'enregister un double CD consacré entièrement à Edouard Batiste... l'occasion de prolonger l'heure musicale de dimanche prochain. Et de se demander lequel du compositeur ou du musicien est le dompteur d'orgues ?


La bibliothèque, elle, vous propose un ouvrage consacré aux différentes orgues du Victoria Hall.


Disponibilité
Muriel

mardi 22 novembre 2011

Cécile

Tout ce qui est beau attire Cécile - fêtée le 22 novembre - et la fascine, parfois jusqu’à l’imprudence. Elle ne revendique ni réussite professionnelle, ni fortune, ni notoriété. Son univers est fait d’harmonie, de paix, de simplicité. Fidèle à sa vérité, qui n’est pas toujours celle des autres, elle cherche dans ceux et celles qu’elle aime le reflet du beau.

Sainte-Cécile, de John Melhuish Strudwick (1895)

Les Cécile en musique

Les personnalités : Sainte Cécile, martyre à Rome, patronne des musiciens ; Cecilia, auteur-compositeur-interprète espagnole ; Cecilia Bartoli, cantatrice italienne ; Cécilia Cara, chanteuse française

Les oeuvres musicales :
Hail, bright Cecilia, d’Henry Purcell
Ode à Sainte Cécile, de Georg Friedrich Haendel
Messe solennelle de Sainte Cécile, de Charles Gounod
Hymn to Saint Cecilia, de Benjamin Britten
Cecilia, de Simon et Garfunkel
Cecilia, de Joe Dassin

Cécile ma fille, de Claude Nougaro (1963)

Claude Nougaro dédie cette chanson à sa fille Cécile, dont la marraine n’est autre que Sylvie Vartan. On entend même les rires de la petite Cécile à la fin de la chanson « La craie dans l’encrier » de Catherine Lara, devenue amie de sa mère.



D'autres prénoms en vitrines

Envie d'en savoir plus sur d'autres prénoms ? Aller donc jeter un coup d'oeil à la Bibliothèque de Genève, dans son bien nommé "Couloir des coups d'oeil." Vous trouverez une douzaine de variations sur les prénoms. Les textes exposés ainsi que d'autres tirés d'une exposition précédente sont également disponibles ici.


Fabienne (fêtée le 20 janvier)




jeudi 17 novembre 2011

Kinshasa Symphony

Kinshasa, la capitale de la République démocratique du Congo, la troisième plus grande ville d’Afrique. Près de dix millions de personnes qui comptent parmi les habitants les plus pauvres de notre planète y vivent. C’est la patrie du seul orchestre symphonique d’Afrique centrale.
L'Orchestre symphonique Kimbanguiste existe depuis quinze ans.  Depuis son fondement, les musiciens de l’orchestre ont survécu à deux coups d’état, plusieurs crises et une guerre civile. Heureusement il y a la passion pour la musique et l’espoir d’un avenir meilleur. Au début, quelques douzaines d’amateurs passionnés par la musique se partageaient les quelques instruments. Pour que ce soit le tour de chacun d’eux, les répétitions se faisaient en plusieurs équipes. Aujourd’hui, lors des concerts du « OSK », il y a deux cents musiciennes et musiciens sur scène.


À l’occasion du jour de l’indépendance de la république démocratique du Congo, l’orchestre se prépare pour un grand concert en plein air. Plusieurs milliers de spectateurs sont attendus. Et seulement très peu de gens connaissent la musique classique. Au programme: La neuvième de Beethoven, Carmina Burana, des œuvres de Dvorak et de Verdi. Mais Armand Diangienda (le directeur et fondateur de l'orchestre) est bien conscient que quelques passages musicaux ne sont pas encore au point. Et de plus le choeur a des difficultés avec la mélodie et la prononciation de la langue allemande. Mais le jour du concert approche à grands pas….
Venez partager leur passion et savourer ces instants magiques qu'ils vivent avec un enthousiasme unique.
Retenez bien ces images et si ce film passe au cinéma à Genève, courrez-y vite!

Patricia

lundi 14 novembre 2011

Loup y es-tu ?

Dans trois jours, c'est LE concert de la rentrée pour la Fanfareduloup Orchestra.



Le concert a pour titre Tubes cathodiques renvoyant aux écrans de télé de notre enfance ! Les séries de l'époque avaient des génériques que personne n'a oubliés. D'amicalement vôtre (The Persuaders) à Chapeau melon et bottes de cuir (The Avengers), de John Barry à Laurie Johnson, le collectif va revisiter les must de l'époque. Et, ça va swinguer !

Je vous laisse à l'écoute de ce petit extrait du concert donné à Lausanne l'automne dernier. Avec le plaisir de jouer dans la complicité qu'on leur connaît, vous conclurez que fatalement c'était une erreur de ne pas y être !


Vous les avez reconnu ? De gauche à droite : Yves Massy, Jean-Luc Riesen, Ian Gordon-Lennox, William Bill Holden, Raùl Esmerode, François Berthet (solo), Christian Graf et Marco Sierro (solo) ?

Ceux-là même qui vous donnent rendez-vous jeudi 17 novembre 2011, 20h à l'Alhambra.

Alors, Loup y es-tu ? Moi j'y serai !

Muriel 

lundi 7 novembre 2011

Au pays Yiddish

Sous ce titre, l'Association des amis de la musique juive a concocté une suite de concerts qui met en avant les thèmes yiddish au travers de chants traditionnels (à la Cité bleue le 13 novembre) et d'oeuvres de musique classique pour flûte, cor et piano, dont la particularité est d'inclure un thème yiddish (le 27 novembre au Conservatoire de musique). Un premier concert associait le tango et la musique juive.

A la Bibliothèque, venez vous inspirer en empruntant l'un ou l'autre des nos recueils de musique juive, klezmer et yiddish. 

L'anthologie Mir trogn a Gezang! compile une centaine de chants yiddish classés par thème. Le grand succès de cet ouvrage, publié en 1972, peut être attribué notamment au fait que chaque chant est accompagné du texte en yiddish et du texte translittéré, ce qui en facilite la diffusion, en particulier auprès des jeunes générations peu familières avec l'alphabet juif. Un résumé en anglais de chacune des chansons permet encore au plus grand nombre de comprendre le sens des paroles yiddish.

Dès la 2e édition de l'ouvrage, une quinzaine de chants du poète et musicien Mordecai Gebirtig (1877-1942) sont ajoutés. Parmi eux, le célèbre Undzer shtelt brent (notre ville est en feu), un chant écrit après le pogrom de Przytyk en 1938 et repris ensuite comme chant de révolte par les combattants des ghettos.

Tullia









  

Illustrations de Cecilia G. Waletsky dans Mir trogn a Gezang!

jeudi 3 novembre 2011

Quand la musique et l’image font leur cinéma…

" Vos yeux sont fixés sur l'écran … tout entier vous êtes pris par l'histoire… dans le pavillon de l’oreille, les bruits, les sons, les voix se glissent telle une onde rythmique et rayonnante… la musique irrigue l'image et révèle au spectateur l'émotion des non-dits.
Humour, poésie, suspense, guerre et passions seront au rendez-vous de cette heure palpitante ! "

C'est l'invitation que vous lancent François Creux, Xavier Pares et Omer Sipahi - parodiant ci-dessous le bon, la brute et le truand - ainsi que la Bibliothèque musicale pour le dimanche 6 novembre 2011 dans le cadre de la journée pour tous du festival Cinéma tous écrans. Deux séances prévues : à 11h et à 14h, sans entracte !


Les trois professeurs du Conservatoire populaire de musique seront aux commandes de ces projections variées et commentées, pour vous faire (re)découvrir des musiques de film, sous forme ludique et aussi humoristique. Une bonne façon de revoir ses classiques et de les faire connaître à la nouvelle génération. 

Tout public, limite d'âge : dès 7 ans, durée 1 heure, gratuit. Il est recommandé de réserver votre fauteuil à l'adresse ateliermusique@cinema-tous-ecrans.com ou au 022 418 35 80.

Vous pourrez également en profiter pour voir la petite exposition sur la musique et le cinéma dans les vitrines et au mur de la bibliothèque.

Venez à la Bibliothèque musicale, ça vaut la peine de vous lever un dimanche pour assister à l'une de ces deux séances ! 


Fabienne