lundi 30 mai 2011

Barry Manilow

Barry Manilow a beau être une véritable icône de la musique pop-rock aux Etats-Unis et en Angleterre, son nom n'est pas très connu dans nos contrées. Au point que même la Bibliothèque musicale n'avait pas de partition de ce compositeur-interprète (c'est réparé !). Et pourtant, vos oreilles ont déjà entendu ses fameux tubes (Could it be magic) et vos jambes ont déjà dansé sur ses rythmes (Copacabana).

Hors norme
  • Multi-récompenses pour ses chansons, albums, shows, musique de film, etc.
  • Près de 200 millions de disques vendus à travers le monde.
  • En 1978, cinq de ses albums sont au top des ventes simultanément, un record égalé seulement par Michael Jackson, Frank Sinatra et Johnny Mathis.
  • Michael Jackson le présentait comme son père spirituel.
  • Il chante à guichets fermés dans chacun des stades où il passe.
  • En 2006, deux de ses albums sont numéros 1 et 2 consécutifs, un record encore inégalé.
Could it be magic

Barry Manilow le reconnaît lui-même dans les commentaires accompagnant la partition proposée ci-dessous : son but était seulement d'écrire de la musique et non pas de la chanter. A l'époque, il engageait même des chanteurs pour enregistrer ses démos afin d'essayer de trouver un producteur.

Parfois les reprises de ses chansons sont plus connues que les originaux. Par ex. la version moins sirupeuse et plus disco de Donna Summer popularise "Could it be magic". Même les Enfoirés l'ont apprêté à leur sauce en 2007 : "Le temps qui court".

Cette chanson est directement inspirée du "Prélude en do mineur" de Frédéric Chopin. Une reprise d'un classique comme beaucoup aiment le faire : pas de problème avec les droits d'auteur !

Comparez vous-même :

 version Manilow


 version Chopin


Fabienne

jeudi 26 mai 2011

You'll never walk alone


A la veille d'une grande rencontre de football*, La Partoche se penche sur les hymnes chantés à tue-tête et avec le coeur dans les gradins des stades par les supporters de football ! Car, oui, musique et foot font parfois la paire...

Il y a bien sûr dans le monde francophone, les Corons de Pierre Bachelet entonnés par le public de Lens, mais du côté des anglophones, question ambiance, You'll never walk alone !
D'où vient cet hymne ? Et comment s'est-il imposé de telle manière que tout autre public que celui du stade d'Anfield à Liverpool le jalouse ?

Cette chanson est une reprise tirée de la comédie musicale Carousel de Rodgers et Hammerstein qui fut un succès énorme (créée au Magic Theatre de Broaday en 1945, elle est jouée 900 fois jusqu'en mai 1947) et fut portée à l'écran en 1956 par Henry King.

A Liverpool, au début des années soixante, et dans le sillage des Beatles, le groupe Gerry and the pacemakers se forme autour des frères Marsden. Très vite abonnés aux tubes, leur reprise de You'll never walk alone les rapproche du ballon rond.
En effet, à cette époque, le club de Liverpool est depuis quelques temps entraîné par Bill Shankly, l'homme charismatique des bords de la Mersey. Ce dernier a un coup de coeur pour la reprise de Gerry Marsden. Le titre, alors encore single, est joué dans l'enceinte du stade. Il faut savoir qu'il était de coutume avant un match, pour chauffer le public, de diffuser les 10 premières chansons des hits parades.
Les frères Marsden restés de longues semaines en tête cela a suffi pour que le public retienne cette chanson et continue de la chanter bien après qu'elle soit retombée du Top Ten. L'hymne - et la devise - du FC Liverpool étaient nés !

 La "Shankly Gate" et la devise du club





Pour parfaire votre éventuelle vocation de supporter, venez vous chauffer la voix avec nos partitions !

Disponibilité

*la finale de la Ligue des champions c'est samedi, jour où Manchester United affrontera Barcelone au Wembley Stadium de Londres.

Muriel

lundi 23 mai 2011

Orquesta-Escuela de Chascomús

L'orchestra-Esquela de Chascomús est une expérience éducative et de promotion socio-culturelle qui commence son activité en 1998 à Chascomús, à l’initiative de  María Valeria Atela (fondatrice), et travaille actuellement avec 250 élèves. Ce projet vise, à travers l'éducation musicale, la réalisation d’une intégration sociale et l'apprentissage des valeurs, s’adressant particulièrement à des enfants et des adolescents se trouvant dans des situations socio-éducatives modestes, à leur offrir ainsi l'accès à la connaissance et à la pratique musicale orchestrale.
De nombreux orchestres similaires ont été créés depuis en Argentine et au Vénézuela.
Bien des élèves proviennent de familles démunies qui habitent des régions pauvres, et pour bon nombre d’entre eux faire de la musique signifie une nouvelle vie, l’apprentissage d’un travail exact et discipliné en groupe et d’expériences multiples.
Il suffit de les regarder jouer, d’observer leur plaisir et leur enthousiasme en concert, pour être convaincu des bienfaits de la méthode, mais voyez plutôt :




En plus de l’apprentissage musical d’un instrument, l’école s’efforce d’initier ses élèves à soigner et réparer leurs instruments. La plupart des orchestres manquent de moyens financiers et un appel a été lancé afin de faire parvenir en Argentine du matériel musical. Si vous-même ou des personnes de votre entourage possèdent de vieux instruments même abîmés, des parties d’instruments, des cordes ou autres objets pouvant leur être utile pour les cours et la musique orchestrale et dont vous n’ avez plus l’usage, vous pouvez prendre contact avec les membres de l’association se trouvant en Europe : contact

vendredi 20 mai 2011

Le public en est gaga...

Nommée artiste la plus influente de la planète, Lady Gaga engrange 90 millions de dollars, dispose d'un cercle de 32 millions d'amis sur Facebook et est suivie par 10 millions de fans sur Twitter, qui dit mieux? 



Provocation et excentricité sont les piments de la recette de son succès, lorsque bardée de viande, elle ne manque pas de sel, mais juste de bon goût. Les médias en sont friands ! Indigeste ?

Végétariens et mélomanes s'abstenir....

Tullia

jeudi 19 mai 2011

Irish sessions

 Seamus Begley & Seamie O’Dowd ce soir à 20h30

Les Irlandais prennent leur quartier à l'Alhambra dès ce soir ! Les Irish sessions des Ateliers d'ethnomusicologie ce sont trois soirées musicales incluant conférence, concerts, spectacle et une "late night session". 

Le répertoire, outre le fait qu'il se distingue par une instrumentation bien spécifique (harpe ou cláirseach, tambour ou bodhrán, cornemuse ou uilleann pipes) et une pratique musicale mêlant musiciens confirmés et amateurs, se laisse conduire par des rythmes de danses endiablés. 

Le groupe Lunasa

Un public déjà conquis se rendra nombreux à l'Alhambra, si vous ne connaissez pas la vitalité et l'énergie des danses irlandaises l'occasion est unique de les découvrir ces prochains soirs. Le groupe Lúnasa ci-dessus donne un unique concert demain soir à 20h30 !

Sur les rayons consacrés à la musique du monde, la bibliothèque vous propose un choix de partitions de musique irlandaise !

Disponibilité


Muriel

lundi 16 mai 2011

Stripsody

C'est sans doute la partition la plus originale de la bibliothèque ! Aucune note de musique, aucune clé, aucune indication de tempo... mais une succession d'onomatopées tirées des comic strips : "Stripsody" de Cathy Berberian.




Quelques consignes d'interprétation

Les effets de voix sont disposés sur trois lignes d'une pseudo portée indiquant la hauteur du son : grave, medium, élevé. Les barres de mesure séparent les différentes "scènes" de la partition. Si possible, les gestes et les mouvements du corps sont simultanés avec les effets de voix. L'espacement entre les onomatopées dans la partition indique le timing. La durée de l'oeuvre est généralement de six minutes.


La preuve par l'image

Cathy Berberian

Cette cantatrice américaine d'origine arménienne est née en 1925 et décédée en 1983. Elle a été mariée au compositeur Luciano Berio dont elle fut l'interprète privilégiée. Elle allie un répertoire très varié allant de Monteverdi aux compositions les plus contemporaines, grâce à sa voix très étendue et flexible, à un sens de la mise en scène excentrique. Elle a, en outre, interprété en 1966 un cycle de douze chansons des Beatles sur des arrangements baroques. C'est la même année qu'elle exploite sa technique vocale dans "Stripsody".


Fabienne

jeudi 12 mai 2011

Yann Tiersen, l’homme aux multiples facettes

Si je vous dis  les comptines d’été, la dispute ou encore la valse d’Amélie, que me répondez-vous ? Amélie Poulain bien sûr ! Non seulement Yann Tiersen a composé les musiques de ce film mondialement connu, mais c’est aussi un artiste multi-instrumentiste. Entre ses albums, ses collaborations avec d’autres artistes et des bandes originales de films que nous réserve encore le musicien ?

Mais commençons par le début. Né en 1970 à Brest, Yann Tiersen se découvre rapidement une passion pour la musique. Il passe son enfance à Rennes et apprend le violon, le piano et la direction d’orchestre. Après deux albums sortis en 1995 et en 1998, le musicien se fait connaître surtout grâce à son deuxième album et en particulier grâce à son titre Monochrome. Dès lors, il enchaîne concerts, albums et compose des musiques de films.

En 2001, sa notoriété grandit grâce au film qui le fait connaître du grand public Le fabuleux destin d’Amélie Poulain de Jean-Pierre Jeunet. La bande originale fut un succès puisque plus de 700'000 exemplaires ont été vendus et que le prix des Victoires de la musique lui est décerné.




En 2005, il sort un album Retrouvailles où il collabore une fois de plus avec des grands noms de la chanson, comme Jane Birkin, Dominique A, Miossec, Stuart Ashton Staples (des Tindersticks), ou encore Elisabeth Fraser du groupe Cocteau Twins.

Actuellement sur sa tournée Dust Lane tour - du nom de son dernier album -  il est programmé le 9 juillet à Cluses, en Haute-Savoie, lors du festival (gratuit!) Musiques en stock

...teintée de classique, de folk ou encore de folkore russe ou breton, la musique de Yann reste définitivement inclassable...


Disponibilité
Leticia

dimanche 8 mai 2011

La résistance en chantant : 1939-1945

Un fonds d'archives privées a servi à l'édition de ce beau recueil de chansons, reproductions et textes choisis parmi 1'300 chants recueillis dans l'immédiat de l'après-guerre. On ne peut être que touchés par certaines notes et  correspondances avec les auteurs des textes, reproduites dans le volume, ainsi que par les partitions soigneusement calligraphiées dans des cahiers ou sur des feuilles volantes.


Ce travail de collecte a été réalisé par le compositeur et ethnomusicologue Paul Arma, lors d'émissions à la Radiodiffusion française consacrées aux chansons de la résistance, dès 1945. A sa demande, les auditeurs lui ont fait parvenir les textes qu'ils avaient écrits ou qu'ils détenaient sans en être l'auteur. Mme Edmée Arma, son épouse et collaboratrice, a transmis ce fonds au Musée régional de la Résistance et de la déportation de Thionville qui le conserve désormais dans son intégralité.


Chacune des 204 chansons publiées dans le recueil est présentées avec le texte intégral retranscrit, l'historique de la chanson, et pour quelques unes seulement des  images ou la musique retranscrites. Nombre d'entre elles se chantent simplement sur un air connu. Un petit "plus" : un CD donne à écouter cinq d'entre elles.


Tullia

jeudi 5 mai 2011

Chants de la résistance grecque

Joëlle Dalègre explore la résistance en Grèce durant la seconde guerre mondiale à travers les chants des résistants. Plusieurs centaines de textes en grec et en traduction française sont réunis dans le livre Andartika. Chaque chant est expliqué dans son contexte historique. En voici un, tiré du chapitre "La femme nouvelle".

La maquisarde dégringole de la montagne,
chargée de ses armes, elle revient du combat car elle est blessée.
Plus en avant, les bataillons de sécurité ont tendu une embuscade, souple comme une liane, elle combat, elle tue trois voyous.
Quand elle n’a plus eu de balles, elle a jeté son fusil, elle a levé le bras comme en un éclair.
De sa ceinture elle a tiré son poignard aiguisé, et elle l’a enfoncé dans sa poitrine de sa main droite.
Sa mère l’attend, pour la marier un jour, mais son destin avait écrit qu’elle l’embrasserait morte.


Très riche recueil de ces chants, on regrette l'absence des notes de musique, le livre se concentrant plus sur l'aspect historique et traditionnel des chants que sur leur musique.

Pour la musique et la danse, partagez plutôt votre passion du folklore grec au sein de l’association C.H.E.F. Centre Hellénique d’Etudes du Folklore, λληνικό Κέντρο Λαογραφικών Μελετών.

Tullia

dimanche 1 mai 2011

1er mai 1951-2011 : 60 ans après l'incendie du Grand Théâtre

Beaucoup de Genevois doivent encore se souvenir de ce mardi premier mai 1951. Non pas qu'ils arpentaient les rues de Genève dans le cortège de la Fête du travail, mais qu'ils observaient l'incendie ravageant le Grand Théâtre, visible loin à la ronde.

Programmé au Grand Théâtre pour trois représentations dès le 2 mai 1951: "La Walkyrie" de Richard Wagner. Dans le final de cet opéra, la Walkyrie Brünnhilde est exposée sur un rocher afin d’expier sa faute. Un immense brasier s’allume et embrase progressivement la scène. C’est ce qui est littéralement arrivé à Genève en 1951 suite à des essais pyrotechniques lors d’une répétition.

photo Hélios

Vu les dégâts, le spectacle fut évidemment annulé en les murs du Grand Théâtre, mais deux représentations en version concert furent maintenues les 4 et 7 mai et déplacées au Victoria Hall, qui n'avait lui pas encore brûlé !


Actuellement, dans les vitrines de la Bibliothèque musicale, on peut "admirer" ce qu'il reste du matériel d'orchestre de la Walkyrie, rescapé in extremis des flammes.

Du Théâtre de Neuve au Grand Théâtre : 200 ans d’affiches

L'exposition retraçant plus de 200 ans d'affiches est prolongée, à la Bibliothèque musicale uniquement, jusqu'au 27 mai 2011. Venez-y !